EV100 : 5,5 millions de véhicules de flotte d'entreprise promis à l’électrique

Le 10.05.2022

  

Alors que l'Union européenne annonçait la fin des véhicules thermiques d'ici 2035, les véhicules électriques ne représentent aujourd'hui que 1 % du parc automobile français.  Si l'on y ajoute la crise sanitaire, la crise des semi-conducteurs ainsi que le conflit armé qui se déroule à ce jour aux portes de l'Union européenne, on verra un certain nombre d'acteurs continuer à freiner la croissance du marché automobile. Il est donc impératif d'accélérer la transition vers des véhicules zéro émission  : les véhicules personnels représentent 15 % des émissions annuelles de CO2 en France.  La clé pour accélérer le processus de verdissement de la flotte française ? Électrification massive et rapide des flottes d'entreprises.

Les entreprises FR et l’électrique

 

Les véhicules d'entreprise représentent chaque année plus de la moitié des ventes de véhicules neufs en France et les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux nouvelles flottes de véhicules, du fait de leur plus grande utilisation. Ils ne sont conservés par les entreprises que pendant de brèves années, puis sont ensuite revendus à des particuliers. Ainsi, au-delà de leur poids dans les émissions nationales de GES (2 % du total), les véhicules d’entreprise constituent un élément moteur de la transition : on les retrouvera alors, à des prix abordables, sur le marché de l'occasion, marché sur lequel de plus en plus de Français s’orientent.

 

Le programme EV100

 

Ce mouvement, initié et animé par The Climate Group depuis 2017, engage ces acteurs dans la transition énergétique de leur flotte automobile afin de convertir l'ensemble de leur parc au 100 % électrique d'ici à la fin de la décennie, totalisant pas moins de 5,5 millions d'unités. Au niveau mondial, une centaine d'entreprises parmi les plus importantes ont déjà ouvert la voie en rejoignant la coalition EV100, qui les fédère dans leur engagement de convertir 100% de leur parc aux véhicules faibles émissions avant 2030. 

D’après une étude faite auprès de quarante gestionnaires de flottes (de plus de 100 véhicules) appartenant à des groupes du CAC40, seuls 3 % des véhicules de l’échantillon rouleraient à l’électrique. D’ici à trois ans, un véhicule mis à la route sur deux sera électrique ou hybride rechargeable. En 2024, un quart de la flotte devrait avoir basculé en électrique. De cette manière et afin de créer des résultats plus importants, la mise en place d'un cadre incitatif par l'État est nécessaire pour que les autres suivent. 

L’Etat  dispose d'une large palette de mesures à cet effet : réforme de la fiscalité sur les véhicules de société pour rendre plus attractifs les véhicules électriques (et moins attractifs les hybrides rechargeables), avec un suramortissement fiscal sur l'acquisition de ces véhicules, crédit d'impôt sur les frais d'installation de bornes de recharge, reconduction des primes à l'achat... et plus globalement accélération du déploiement des bornes publiques de recharge à travers le pays.

 

Quel plan pour le futur? 

 

Au total, 121 grandes entreprises ont  rejoint l'EV100, dont des entreprises françaises comme Schneider Electric ou Capgemini, mais c’est bien EDF qui fait modèle d’exemple. En effet, le fournisseur d'énergie a considérablement augmenté son parc de véhicules électriques, y ajoutant 1 950 véhicules au total l'an dernier. 

 

Mais malgré les ambitions et les actions des membres d'EV100, les entreprises continuent de pointer du doigt plusieurs obstacles à leurs objectifs : le manque d'infrastructures de recharge, le coût initial des véhicules électriques et le nombre de modèles limité :« nos membres ouvrent la voie en montrant aux gouvernements, aux fabricants et aux autres entreprises du monde entier que le monde des affaires est prêt pour le déploiement massif des véhicules électriques. Nous continuerons à utiliser notre plate-forme pour faire entendre la voix des entreprises dans l'espace politique afin de supprimer les barrières et de permettre à davantage d'entreprises de déployer plus rapidement des véhicules électriques », a déclaré Sandra Roling, directrice des transports chez The Climate Group.


En attendant, certaines entreprises mettent au point des solutions intermédiaires en proposant des cartes carburants avec possibilité de recharge en bornes électrique

Par Constance Richard

Se tenir au courant des dernières actualités

Tous nos conseils sur la gestion des notes de frais en un email

Livre blanc

Étude IFOP x Mooncard

L’impact du travail sur la vie privée en 2021

Télécharger l'étude

Sur la même thématique :

Avances de frais : avantages et inconvénients

4 mai 2018

Un salarié est rarement heureux d’avancer des frais pour son entreprise, même s’ils lui seront remboursés.

Déplacement professionnel et franchise : qui paye ?

1 mars 2022

Entre voiture de service, voiture de fonction ou voiture personnelle utilisée pour un déplacement professionnel, il n’est pas toujours aisé de connaître la répartition des frais entre salarié et...

L’utilisation de votre véhicule personnel à des fins professionnelles

8 mars 2022

Un  employé peut utiliser sa voiture personnelle à des fins professionnelles, notamment pour des déplacements. Il existe néanmoins plusieurs règles à suivre et des conditions spécifiques pour...