<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=563687763968721&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Le vocabulaire de la Fintech à connaître absolument

Le petit lexique indispensable de la Fintech

Gestion et suivi des dépenses professionnelles et notes de frais, optimisation des données financières de l’entreprise…

La vie d’un directeur administratif et financier est rarement un long fleuve tranquille, mais les solutions innovantes se multiplient pour lui venir en aide.

Connaissez-vous la « Fintech » ?

Le terme, né de la contraction entre « finance » et « technologie », désigne un pan entier de nouveaux services financiers tirant pleinement parti des nouvelles technologies du numérique.

Qu’il s’agisse d’offrir de nouveaux modes de paiement aux clients, de diversifier les sources de financement de l’entreprise ou encore de rationaliser la gestion administrative et financière interne, les Fintech ont probablement beaucoup à vous apprendre ! Ci-dessous un rapide lexique du vocabulaire Fintech à maîtriser en priorité.

API

L’acronyme « API », bien connu des développeurs informatiques, décrit tout simplement une interface de programmation logicielle (Applications Programming Interface).

Une API sert de plateforme de mise en relation entre plusieurs logiciels ou programmes, ce qui facilite ainsi l’échange d’informations.

Ce type d’outil est très répandu dans le domaine de la Fintech, et permet notamment à l’entreprise de produire et suivre de nombreux indicateurs globaux de performance.

Big data

Le terme de « big data », parfois traduit en « données massives », vous est peut-être déjà familier.

Il désigne les quantités phénoménales de données informatiques générées automatiquement, de nos jours, par les logiciels, applications ou réseaux sociaux.

La big data constitue une mine d’or d’information concernant les comportements de vos clients mais aussi, par exemple, les forces et faiblesses de votre gestion financière.

New Call-to-action

Crypto-monnaie

Une crypto-monnaie désigne une monnaie entièrement numérique et dématérialisée, qui utilise des procédés de cryptographie pour sécuriser les transactions et contrôler la création monétaire.

Le bitcoin s’est imposé en 2009 comme la toute première crypto-monnaie, mais beaucoup d’autres ont vu le jour depuis.

Les crypto-monnaies s’installent progressivement comme un nouveau mode de paiement et de transaction sur Internet.

Bitcoin

Le bitcoin est la toute première crypto-monnaie décentralisée et entièrement numérique.

Elle a vu le jour en 2009 et permet des paiements instantanés entre utilisateurs, sans aucun intermédiaire ni aucune autorité de supervision telle qu’une banque centrale. Elle constitue, pour de nombreux internautes, une alternative sécurisée et appréciable pour de nombreux paiements.

Blockchain

Découvrez notre définition de la blockhain pour mieux s'y retrouver

La blockchain ou « chaîne de blocs » constitue le principal support technologique des nouvelles crypto-monnaies.Elle permet, en résumé, la transmission et l’archivage de l’ensemble des transactions entre les différents utilisateurs.

La blockchain est une mémoire collective partagée entre tous les utilisateurs, et qui permet donc de se dispenser d’une autorité centralisatrice.

Coopétition

A mi-chemin entre la compétition et la coopération, la « coopétition » consiste à coopérer avec des concurrents directs sur des projets bien précis. Ce type de partenariat intervient typiquement dans des domaines où la concurrence systématique nuirait à la fois aux utilisateurs et aux entreprises elles-mêmes. La coopétition est une réalité du quotidien au sein de nombreuses start up Fintech, et permet notamment de définir des normes et standards technologiques communs.

Crowdfunding

Le crowdfunding, ou « financement participatif », consiste pour une entreprise à lever des fonds auprès du grand public en lançant une campagne sur Internet.

Ce mode de financement connaît une montée en puissance, et séduit de nombreux entrepreneurs souhaitant tester une idée sans passer par un endettement bancaire traditionnel.

Le crowdfunding est considéré comme un don, mais les financeurs peuvent le plus souvent espérer des contreparties symboliques en remerciement.

KYC

L’acronyme KYC fait référence à l’expression « know your customer », ou « connais ton client » en français.

Le KYC regroupe l’ensemble des technologies numériques et financières permettant de vérifier l’identité d’un client avant d’engager une transaction.

Les technologies KYC sont intimement liées aux problématiques de réglementation bancaire et de sécurisation des transactions en ligne.

Machine learning

Qu'est-ce que le machine learning ? Une définition s'impose.

Le « machine learning », ou « apprentissage automatique », est un procédé par lequel des logiciels ou d’autres formes d’intelligence artificielle peuvent aller au-delà de leur programmation initiale, et apprendre de nouveaux éléments et comportements.

Le machine learning nécessite l’utilisation d’un bon algorithme, qui va analyser les données issues du « big data » pour détecter des schémas types, puis les appliquer aux prochaines données qui lui seront fournies.

P2P lending

Le P2P lending est une forme de prêt de particulier à particulier. Les individus ou entreprises peuvent ainsi prêter ou emprunter de l’argent en toute liberté, sans l’intermédiaire des réseaux bancaires classiques.

De nombreux sites Internet se sont aujourd’hui spécialisés dans le prêt financier peer to peer : il peut s’agir d’un prêt de particulier à particulier mais aussi de véritables plateformes de « crowdlending ».

PSP

Un PSP, ou « prestataire de service de paiement », permet à une entreprise commerciale ou à toute autre entité (association, travailleur indépendant, ONG…) de recevoir des paiements en ligne de la part de ses clients.

Via une interface de programmation (API), le prestataire de service en paiement assure la connexion avec le réseau de paiement d’une grande banque et permet donc la réalisation de virements vers ou depuis le monde entier.

Robo-advisor

Le « robo-advisor » est une intelligence artificielle fournissant automatiquement des conseils dans le domaine de la gestion d’un portefeuille boursier ou d’autres actifs financiers.

L’algorithme de ce robot-gérant se base sur le profil d’investisseur du titulaire du compte et scanne l’ensemble des données du marché financier pour conseiller l’achat ou la vente de certains actifs.

Le patrimoine financier géré par les robo-advisors, selon certaines estimations, devrait être multiplié par 4 entre 2017 et 2020.

SaaS

Le SaaS, ou « software as a service », est un logiciel hébergé directement par le vendeur ou le prestataire de service, et que les clients peuvent utiliser via un accès Internet sur le Cloud.

Ces derniers n’ont donc pas besoin de procéder à une installation physique du logiciel sur leurs propres serveurs et ordinateurs.

Smart contracts

Les smarts contracts ou contrats intelligents : définition.

Les « smart contracts » ou « contrats intelligents » désignent des programmes informatiques qui exécutent automatiquement les termes d’un contrat dès lors que plusieurs conditions prédéfinies sont remplies.

Totalement indépendant des deux parties et de toute autorité centrale, le smart contract a l’avantage d’être neutre, facilement contrôlable et instantané.

SSO

Le SSO est un acronyme désignant un système d’authentification unique (Single Sign-On) entre plusieurs logiciels.

Concrètement, le SSO permet à un utilisateur d’accéder simultanément à plusieurs applications ou interfaces en ne s’identifiant qu’une seule fois, d’où un gain de temps et de simplicité en ce qui concerne la gestion des mots de passe.

Tokenisation

La tokenisation est un procédé de sécurisation devenu systématique dans le domaine des paiements et transactions en ligne.

Elle consiste, à l’intérieur d’un système, à remplacer les données les plus critiques (coordonnées bancaires, numéro de sécurité sociale…) par des données neutres (les jetons ou « tokens »), uniquement exploitables par le logiciel lui-même.

La tokenisation constitue une bonne protection contre les piratages extérieurs.

Wallet

Les portefeuilles numériques, ou « wallets », sont des porte-monnaie virtuels qui permettent à n’importe quel utilisateur de réaliser des paiements sur Internet.

Au-delà des acteurs historiques tels que PayPal, les portefeuilles électroniques misent aujourd’hui sur le développement des technologies de paiement sans contact (NFC) au moyen d’un Smartphone pour se généraliser.

Les solutions les plus répandues incluent Google Wallet, Apple Pay ou encore Samsung Pay.

La définition de la Fintech évolue à toute vitesse, et avec elle les outils et logiciels financiers à la disposition immédiate des entreprises innovantes. Allez-vous relever le défi ?

Suivez-nous sur

Payez, Mooncard s'occupe du reste !

Articles récents